Jean Maufay

Cette toile que Jean Maufay (né en 1927) appelle « la chambre hollandaise », il l’a reprise, retravaillée plusieurs fois pour en faire surgir la quintessence, la substantifique moelle si l’on préfère, jusqu’à l’abstraction. Une quête dévorante, à la poursuite de ce point d’orgue où l’équilibre entre les différentes parties du tableau est atteint, fragile et beau comme un funambule sur son fil. D’ailleurs, la lumière n’est-elle pas celle des projecteurs, filtrée par la peur et la joie mêlées du péril dompté?
Petit à petit, il s’éloigne du sujet, au profit d’une vision plus personnelle, supprimant de plus en plus l’anecdote. A la manière des cubistes, mais dans un esprit bien différent, il structure parfois des objets d’une façon qui leur fait perdre toute réalité.

Extrait du livre « Les lumières imaginaires de Jean Maufay »