Robert Humblot

du 25 juin au 24 juillet, Regards croisés

Dans le cadre de l’exposition « regards croisés », Rober Humblot est exposé aux cotés d’Emile Sabouraud et de sept autres peintres de l’époque.

Robert Humblot surnommé « Bob » naît à Fontenay-sous-Bois le 13 mai 1907. Il meurt tragiquement à 54 ans dans un accident de la route en Seine-et-Marne le 14 mars 1962. Il est un artiste-peintre contemporain français du XX° siècle descendant d’une lignée d’artistes-peintre natifs de Lorraine, dont son arrière-grand-père paternel Antoine Humblot été reconnu comme un grand dessinateur et graveur pour Versailles en 1758. Il a également illustré des romans tel que  »Les filles de la pluie » d’André Savignon et des recueils de formats divers. Humblot commença des études de sciences naturelles qu’il quitte à l’âge de 23 ans pour rentrer à l’Académie de Peinture la Grande-Chaumière, puis il est ensuite accepté à l’école des Beaux-Arts de Paris. Un an plus tard, il sera admis comme élève à l’atelier de Lucien Simon aux Beaux-Arts au même titre que Georges Rohner
En 1932, son envie d’indépendance le pousse à quitter les Beaux-Arts et à louer un atelier avec Georges Rohner.
Sous l’impulsion du critique Henri Hérault, en 1935 il s’associe à Rohner, Jannot, Lasne, Raymond Moisset, le Canadien Alfred Pellant et Pierre Tal-Coat pour fonder le mouvement « Forces nouvelles » qui prône le retour au dessin, le retour au métier consciencieux de la tradition dans un contact fervent avec la nature. Sa peinture a la particularité d’être teintée d’humour; à travers des nus, paysages, natures mortes et personnages, Humblot souhaite exprimer le destin du monde.
Il participe à des expositions collectives dès 1932 à Paris comme le Salon des Indépendants, le Salon d’Automne ainsi que dans plusieurs capitales dans le monde (Afrique, Antilles, Brésil, Mexique, Espagne, Italie, Norvège, Suède, Pays-Bas). Cependant, il reviendra toujours au charme de la Bretagne dans ses peintures. Lieu où il s’installa à la fin de sa vie.
Mobilisé en 1939, il est affecté sur la ligne Maginot au petit ouvrage de Coume Village à l’intérieur duquel il réalise à même les parois de béton des fresques d’une qualité exceptionnelle. Fait prisonnier le 4 juillet 1940, il est interné au stalag 7A puis au 7B dont il s’évade le 28 octobre 1941. Il parvient à rejoindre la zone libre pour être démobilisé à Annecy six jours plus tard.
Plusieurs hommages posthumes lui ont été rendus dans différentes galeries et Salons dans le monde entier pour ses œuvres. Une rétrospective lui a été consacrée en 1964 au Musée Galliera.