Yannis Markantonakis

Crétois, Yannis Markantonakis a fait ses études à Londres avant de s’installer à Paris en 1985, où il suit les cours de l’académie de peinture de Saint-Roch de Jean Bertholle. Du maître, il a appris à composer dans la couleur pour une peinture qui ne cherche pas tant à représenter qu’à trouver un accord entre la pensée et les formes, et atteindre à une puissance expressive. L’interprétation des formes l’amène à privilégier la thématique des bateaux. Le schématisme de ses cargos a la rigueur de ces bâtiments austères et puissants. Il procède par fragments qui s’emboîtent, travaillant sur l’espace qu’il compresse ou distend. Ses œuvres récentes ne cachent pas la part artisanale de la peinture. L’assemblage par fragmentations, l’agrafe laissée volontairement visible comme élément d’assemblage, la coulure, la tache, expressions non calculées mais intuitivement présentes participent d’un travail plus proche de celui de l’icône que de la virtuosité. Le choix d’un panneau de bois comme support s’explique par sa relation frontale à la peinture qui exige un geste déterminé, convaincu. Les couches superposées, lentement mûries, sont reprises après absorption du médium. Plus discret, le pinceau intervient pour suggérer les nuances subtiles de la brume, des vapeurs, grâce au liant qui allège l’huile. Des raffinements qui ne nuisent en rien à la monumentalité du jeu des structures puissamment écrites. Des rues, des vues de son quartier complètent une iconographie sous l’emprise d’atmosphère grise et bleue, où les plages de blanc sont secouées d’aplats de noirs.

Lydia Harambourg
Critique de l’art